Discours du Trône

Prononcé par l’honorable Antoinette Perry, lieutenante-gouverneure de l’Île-du-Prince-Édouard

Introduction

Monsieur le Président, membres de l’Assemblée législative, invités et invités qui se joignent à nous virtuellement – bienvenue à la deuxième session de la soixante-sixième assemblée générale de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est avec grand plaisir que je vous présenterai les initiatives de politiques et de programmes que notre gouvernement a choisi de poursuivre au nom de la population de l’Île-du-Prince-Édouard durant la prochaine session de cette Assemblée.

Il y a eu beaucoup de changement depuis la dernière fois où j’ai eu l’occasion de m’adresser à la chambre. Un député a choisi de prendre sa retraite après avoir passé tant d’années à représenter la population. Je suis certaine que tous les membres se joindront à moi pour lui souhaiter le meilleur dans sa retraite de la présente Assemblée.

Deux nouveaux membres se sont joints à nous; je souhaite donc la plus chaleureuse des bienvenues aux membres des circonscriptions 9 et 10. Les deux membres ont déjà eu l’occasion de voir le fonctionnement de l’Assemblée législative : les joutes oratoires des débats politiques, l’examen minutieux des propositions législatives, l’allocation songée des ressources financières de la province et bien sûr la reddition de comptes du pouvoir exécutif du gouvernement.

Je veux profiter de cette occasion pour rappeler à tous les membres de l’Assemblée le sérieux de vos responsabilités. Ainsi, je vous demande de régulièrement vous rappeler le serment que vous avez prononcé à votre admission à cette chambre : soit de représenter et de faire progresser l’intérêt supérieur du public. J’espère que la considération et l’application de ce principe guideront vos délibérations et débats au cours de la présente session ainsi que des sessions à venir de l’Assemblée.

Les perturbations causées par la pandémie de COVID-19

Les plus grands changements depuis la dernière fois où je suis venue ici, bien sûr, sont ceux imposés par la pandémie mondiale actuelle. Cette année marque le 170e anniversaire du gouvernement responsable dans cette province. Je suis la trace des nombreux représentants de la Couronne, à la fois les gouverneurs et lieutenants-gouverneurs, qui ont eu le privilège de s’adresser à l’Assemblée. Mais je peux affirmer avec confiance que je suis la première des représentantes de Sa Majesté à porter un masque dans la chambre.

Nous sommes chanceux, à l’Île-du-Prince-Édouard, de pouvoir nous rassembler ici aujourd’hui. D’autres provinces n’ont pas cette chance, ou du moins pas dans la même mesure que nous. Mais je m’empresse d’ajouter que notre bonne fortune n’est pas une question de chance. Depuis que l’éclosion de COVID-19 a été déclarée une pandémie, nous avons suivi les conseils professionnels et songés de la médecin hygiéniste en chef, Dre Heather Morrison, et d’une équipe dévouée qui a travaillé sans relâche pour nous garder en sécurité.

Au nom de tous les Insulaires, je veux remercier la Dre Morrison et tous les travailleurs de première ligne qui nous ont nourris, nous ont réconfortés et ont assuré notre sécurité durant ces moments éprouvants. Nous devons manifester de la gratitude envers tous ceux et celles qui se sont mis en danger pour répondre à nos besoins : les médecins, le personnel infirmier, les préposés d’établissements de soins de longue durée, les premiers intervenants, les éducateurs de la petite enfance, les camionneurs, les agriculteurs, les pêcheurs, les commis de magasins et les travailleurs du secteur des services, les policiers, les fonctionnaires, les enseignants, les chauffeurs d’autobus et tant d’autres.

Ces personnes et beaucoup d’autres ont fait leur part pour veiller à ce que nous puissions maintenir un certain degré de normalité dans nos vies. Grâce à eux, et grâce au respect fidèle des protocoles de santé publique de la part de tous les Insulaires, nous sommes dans une position enviable pour nous rétablir rapidement de cette pandémie.

Grâce à notre partenariat avec le gouvernement fédéral, notre province a bien été appuyée pendant la pandémie. Des cotisations historiques ont été versées à nos familles et à nos entreprises au moment où elles en avaient le plus besoin. Nous poursuivrons cette collaboration étroite avec notre partenaire fédéral afin d’assurer la récupération en santé et la relance économique.

Grandir, s’adapter et aller de l’avant

En prévision du processus de reprise, notre gouvernement a créé, il y a quelques mois, le Conseil du premier ministre pour la reprise et la croissance. Le mandat du Conseil était de solliciter les commentaires des leaders communautaires et des citoyens et de recommander au gouvernement des mesures pour faciliter une reprise économique et sociale en temps opportun.

Le rapport du Conseil sera déposé au cours de la session en cours. En effet, de nombreuses initiatives exposées dans le présent discours du Trône sont inspirées par les recommandations du Conseil et des nombreux Insulaires qui ont fait part de leurs idées et suggestions.

Je voudrais remercier les membres du Conseil pour leur dévouement à l’amélioration de notre province et pour leur engagement envers une démocratie et une représentation populaires.

À mesure que grandissent la sécurité et la confiance amenées par notre rythme de vaccination, nous devons tourner notre attention vers la reprise, évaluer les leçons apprises et réduire le risque de perturbations semblables à l’avenir.

À cette fin, notre gouvernement présente aujourd’hui les grands éléments d’un plan durable, inclusif et innovant. Les initiatives exposées sont le résultat de vastes consultations avec les Insulaires, les entreprises et les leaders de la communauté ainsi que les membres de tous les partis de cette Assemblée.

Un système de soins de santé durable, inclusif et innovant

Les événements de la dernière année ont souligné pour chacun et chacune d’entre nous l’importance vitale de la santé. Sans la santé et le mieux-être personnel, tous nos efforts et toutes nos réalisations sont vains. Et comme c’est le cas individuellement, c’est aussi le cas pour nous collectivement. Aucune question de politique publique n’est plus primordiale pour notre communauté qu’un système robuste et réactif de soins de santé. Dans cette chambre, les questions liées aux soins de santé dominent nos pensées, nos débats et nos budgets.

Mais malgré sa prédominance dans nos vies personnelles et publiques, et malgré les efforts et les intentions de nos professionnels de la santé, beaucoup d’entre nous demeurent contrariés par notre système de santé. Du point de vue des patients, l’accès au système est considéré comme complexe et long pour certains services. Du point de vue des praticiens, trop de ressources semblent consacrées aux soins actifs et au traitement des maladies plutôt qu’au mieux-être et à la prévention des maladies.

Notre gouvernement a adopté un modèle de soins de santé qui fait passer le principal angle de traitement des soins actifs et des soins de longue durée vers les soins communautaires. Le nouveau modèle permettra de livrer des services de santé plus efficacement et plus près de chez soi par l’intermédiaire de foyers médicaux et de quartiers médicaux.

Le changement ne se produira pas instantanément. Le processus est conçu pour être évolutif plutôt que révolutionnaire.

La première étape de ce processus évolutif sera la création de trois foyers de soins primaires. Les Insulaires assignés à un foyer de soins primaires auront un accès plus rapide au professionnel de la santé approprié. L’approche de foyer de soins primaires favorisera une meilleure communication entre les patients et le fournisseur de soins médicaux, ainsi qu’entre les professionnels médicaux qui font partie de l’équipe. Cela servira aussi à améliorer la gestion collaborative des cas, particulièrement pour les patients ayant des besoins médicaux complexes.

Notre expérience au cours de la dernière année a prouvé l’utilité des outils virtuels et des possibilités à distance dans la prestation de soins de santé. Ainsi, le nouveau modèle aura davantage recours aux soins virtuels dans des circonstances où une visite en personne pourrait ne pas être nécessaire. Au cours de la pandémie, nous avons appris, par exemple, qu’une visite virtuelle avec un médecin ou une infirmière praticienne est souvent une façon plus opportune et efficace de faire une évaluation après une hospitalisation ou d’autres formes d’interventions médicales.

La transition vers le nouveau modèle de soins sera en grande partie assurée par un système de gestion sécuritaire et intégré des dossiers médicaux électroniques. Cette initiative a été prise par les gouvernements successifs, et notre gouvernement a déjà entrepris la mise en place du système. Cette mesure renforcera considérablement la capacité de la communauté médicale à répondre rapidement et globalement aux besoins des Insulaires en matière de soins de santé.

Notre expérience face à la pandémie nous a également fait comprendre combien nous valorisons la camaraderie et la communauté. En effet, nous ne sommes pas appelés à être prisonniers de nos pensées et de nos soucis. Il ne s’agit pas d’un aveu de faiblesse, mais plutôt d’une affirmation de la complexité de la condition humaine. Et, dans de nombreux cas, notre santé mentale – qui est une composante essentielle de notre santé globale – en est affectée.

Dans cette optique, notre gouvernement instaurera un fonds quinquennal de 10 millions de dollars dédié à la santé mentale communautaire et à la toxicomanie. Ces nouvelles dépenses permettront aux partenaires communautaires d’offrir de nouveaux services de santé mentale et de toxicomanie à l’Île-du-Prince-Édouard.

Notre gouvernement créera également un point d’accès unique pour les services de santé mentale et de toxicomanie. Les Insulaires auront accès à un service offert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour les aider à se retrouver dans le système; ils pourront ainsi s’assurer que leurs proches reçoivent l’attention nécessaire en temps voulu.

Outre ces initiatives importantes dans le domaine des soins de santé, notre gouvernement poursuivra ses investissements en vue de préparer la prochaine étape du nouveau complexe de services de santé mentale et d’assurer la mise en place des unités mobiles de santé mentale.

De plus, afin de garantir que l’attention portée à notre santé mentale soit égale à celle que l’on accorde à notre santé physique, notre gouvernement créera le Centre pour le bien-être mental de l’Île-du-Prince-Édouard, constitué de représentants des nombreux partenaires communautaires qui participent à la prestation des services de santé mentale. Grâce à ce centre, le gouvernement disposera des renseignements et des orientations nécessaires pour s’assurer que nos services de santé mentale répondent aux besoins de la communauté.

Les ressources humaines dans le domaine de la santé sont essentielles à la prestation de services de santé de qualité dans la province. L’Île-du-Prince-Édouard offre depuis longtemps un enseignement et une formation aux professionnels de la santé sur lesquels nous comptons. L’hôpital de Charlottetown, l’hôpital Prince Edward Island, l’école des sciences infirmières de l’Île-du-Prince-Édouard, le Collège Holland, le Collège de l’Île et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard ont tous offert un enseignement local de qualité à un large éventail de fournisseurs de soins de santé.   

De nos jours, le Collège Holland et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard offrent un enseignement et des stages de haute qualité à nos professionnels des soins infirmiers. Mais même si ces programmes sont au maximum de leur capacité, nous continuons d’éprouver des difficultés à recruter des professionnels de la santé.

Notre gouvernement annonce trois initiatives visant à remédier à ce problème. Tout d’abord, nous allons mettre en place un groupe de travail composé de représentants du Collège Holland, de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, de Santé Î.-P.-É. et des professionnels des soins infirmiers. Le groupe de travail collaborera à l’expansion du programme de soins infirmiers autorisés à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard ainsi que du programme de soins infirmiers auxiliaires au Collège Holland pour les étudiants de l’Île qui souhaitent faire carrière dans le domaine des soins de santé à l’Île-du-Prince-Édouard.

Ensuite, notre gouvernement va immédiatement établir un fonds de 5 millions de dollars pour le recrutement d’infirmières et d’infirmières praticiennes au cours des cinq prochaines années. Ce fonds permettra aux infirmières autorisées et aux infirmières praticiennes de bénéficier d’une remise de dette lorsqu’elles vivent et travaillent à l’Île-du-Prince-Édouard.

Enfin, notre gouvernement créera un fonds de 2,5 millions de dollars pour le maintien en poste, le mentorat et la formation des infirmières autorisées et des infirmières praticiennes qui travaillent actuellement à l’Île-du-Prince-Édouard.

En outre, notre gouvernement prendra l’initiative de redévelopper la stratégie pour les soins infirmiers en vue de renforcer notre système et de le rendre plus résilient dans cet environnement hautement compétitif en matière de ressources humaines en santé. Le gouvernement élaborera également un modèle de prévision proactif pour le système de santé, fondé sur des données probantes, qui permettra aux dirigeants de cerner et d’anticiper les besoins en ressources humaines et en services cliniques afin de mieux servir les Insulaires à l’avenir.  

Durant la pandémie, nous avons été témoins des ravages que le virus peut provoquer dans les communautés vulnérables, notamment chez les personnes âgées. Même si nos aînés ont été épargnés des effets dévastateurs du virus, nous devons tout de même prendre des mesures pour améliorer les services de santé qui leur sont offerts, afin d’être en mesure de faire face à de futures menaces virales.

Au cours de la présente session, notre gouvernement vous présentera les éléments d’une stratégie globale en matière de santé des aînés, qui regroupera les programmes existants et de nouveaux programmes conçus pour assurer la sécurité et le bien-être de nos personnes âgées. La stratégie sera axée sur la sécurité des soins à domicile et à proximité. L’objectif est de prévenir les hospitalisations dans la mesure du possible et de permettre des congés plus rapides dans les cas où l’hospitalisation est nécessaire.

La mise en œuvre de cette stratégie englobera plusieurs nouveaux programmes, tout en élargissant et en améliorant de nombreux programmes déjà offerts à nos citoyens âgés.

Notre programme de soins à domicile, qui offre des soins de longue durée virtuels, sera élargi et amélioré. Le programme de soins de santé intégrés mobiles, le programme COACH (Caring for Older Adults in the Community and at Home) et le programme de soins de rétablissement, entre autres, seront aussi élargis et améliorés. Ces programmes sont conçus pour aider nos aînés à faire la transition entre les soins actifs et le domicile. En outre, notre gouvernement développera et pilotera deux nouveaux programmes : un programme de soins de relève à domicile et une équipe multidisciplinaire spécialisée dans la démence.

Nous avons la chance, ici à l’Île-du-Prince-Édouard, de disposer d’établissements de soins de longue durée publics et privés qui offrent confort, soins et dignité à nos aînés durant les dernières années de leur vie. Mais les conversations et les consultations qui ont eu lieu avec les résidents, les membres de leurs familles et le personnel ont fait ressortir les domaines dans lesquels les services et les programmes pourraient être améliorés.

Notre gouvernement compte intégrer des infirmières praticiennes dans les équipes de soins des établissements de soins de longue durée privés. Par ailleurs, en réponse aux préoccupations exprimées par les résidents, les familles et le personnel, notre gouvernement adaptera les affectations de personnel dans nos établissements de soins de longue durée publics afin de parvenir à un meilleur équilibre entre les équipes de jour et de nuit. Nous pourrons ainsi répondre rapidement aux besoins médicaux des résidents et assurer leur confort, quelle que soit l’heure de la journée.

Un engagement envers nos enfants et nos familles

Nous avons beaucoup appris au cours de la dernière année. Plusieurs des initiatives annoncées dans la présente allocution découlent directement de ces expériences.  

Nous avons appris que nous devons faire mieux pour les enfants et les familles de l’Île. Nous avons vu que les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par le ralentissement de l’économie. Les femmes sont fortement employées dans le secteur des services, l’industrie du tourisme et les services de première ligne. Ce sont les secteurs de notre économie qui ont été les plus affectés par la crise.  

Les femmes ont souvent la responsabilité de s’occuper des enfants et des membres de la famille. Durant la pandémie, de nombreuses femmes salariées ont dû se pencher sur la question de la garde des enfants, et certaines ont pris la dure décision de quitter leur emploi pour s’occuper de leurs enfants. D’autres ont dû gérer les complexités du travail à distance tout en s’occupant de leurs enfants, et d’autres encore ont été forcées de trouver un équilibre entre le travail (souvent à heures réduites) et le coût de la garde des enfants.

En tant qu’Insulaires, nous sommes fiers de notre système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. En fait, nous sommes reconnus comme des leaders à l’échelle nationale. Et en tant que leaders, nous constatons qu’il est possible de faire mieux et que nous devons intensifier nos efforts.

C’est la raison pour laquelle notre gouvernement entamera des négociations avec le gouvernement fédéral en vue de procéder à d’importants investissements provinciaux et fédéraux-provinciaux dans le cadre du déploiement ambitieux d’un plan d’expansion de l’éducation de la petite enfance en 2021.

L’Île-du-Prince-Édouard copréside la mise en place d’un système national d’apprentissage et de garde des jeunes enfants qui sera bénéfique pour nos enfants, leurs familles, le secteur de la petite enfance et notre main-d’œuvre.

Notre gouvernement a pour objectif d’améliorer l’accès aux services de garde en ajoutant 300 places en garderie cette année. Nous ferons ainsi les premiers pas vers un modèle universel à taux fixe pour nos centres de la petite enfance afin d’établir un environnement d’apprentissage cohérent, bienveillant et sûr dans lequel nos enfants peuvent prendre un bon départ dans leur parcours éducatif.

La réussite de ce plan s’appuiera en grande partie sur la disponibilité d’un effectif qualifié et accrédité. Dans le cadre du processus budgétaire, il vous sera demandé d’approuver des allocations supplémentaires pour la formation continue de nos éducateurs de la petite enfance, ainsi que des mesures visant à augmenter leurs salaires en fonction d’une formation et de qualifications plus poussées.   

Les améliorations prévues pour les services de garde en petite enfance nous permettront aussi d’aller de l’avant avec notre programme universel de prématernelle à l’automne 2021.  

Ensemble, l’amélioration des services de garde pour la petite enfance et le programme de prématernelle universel permettront à nos enfants d’entamer leur parcours éducatif sans heurts. Nos enfants entreront dans le système scolaire en ayant les meilleures chances d’atteindre leurs objectifs en matière de santé et d’éducation. Nous pouvons dire avec fierté que les générations à venir continueront à récolter les fruits de ces investissements.

En plus des initiatives visant la petite enfance, notre gouvernement prévoit un investissement continu dans le système scolaire public, de façon à créer un milieu d’apprentissage où les enfants se sentent appuyés et en sécurité. Nous continuerons donc d’investir des sommes supplémentaires pour appuyer les besoins uniques des élèves et de leur famille en affectant davantage de ressources de première ligne, notamment des conseillers scolaires, des conseillers en autisme et des équipes de bien-être scolaires.

Le nouveau programme d’alimentation scolaire a connu un franc succès et reste très populaire auprès des élèves, des parents et du personnel. En donnant aux élèves l’accès à des aliments sains et abordables, le tout produit et préparé localement, nous veillons à ce qu’ils aient la nutrition propice à l’apprentissage tout en les aidant à développer des habitudes alimentaires saines qui les accompagneront toute leur vie.

Au cours de la dernière année, les élèves ont eu accès à des options saines et nutritives dans toutes nos écoles à l’heure du midi. Nous tenons à poursuivre ces efforts en établissant un organisme à but non lucratif qui prendra la relève du programme.

Lorsque les gens ont dû rester à la maison à cause de la pandémie de COVID-19, notre gouvernement a travaillé fort pour continuer d’offrir des repas sains aux élèves qui en avaient besoin le plus. Cet été, notre gouvernement travaillera de concert avec des organisations communautaires pour donner suite à cette initiative et ainsi réduire l’insécurité alimentaire dans la province.  

En plus de préparer nos enfants à être de bons citoyens et à mener la charge de demain, notre système d’éducation doit aussi leur donner les compétences nécessaires pour réussir sur le marché du travail dans un monde en constante évolution.   

Nous voulons nous assurer d’appuyer au mieux les élèves du secondaire et les étudiants de niveau postsecondaire afin qu’ils soient prêts à réussir et à profiter des occasions d’emploi après leurs études.

Nous travaillerons d’ailleurs avec le système scolaire public, les établissements postsecondaires et les groupes communautaires et industriels pour veiller à ce que les parcours inhabituels, les métiers, les possibilités d’éducation et les besoins du marché du travail soient mieux connus dans les écoles.  

L’Île-du-Prince-Édouard formera également une équipe de transition qui fera le pont entre l’école et le marché du travail. En établissant un cadre permanent, nous pourrons appuyer la réussite précoce des élèves au travail tout en contribuant à une main-d’œuvre plus durable et hautement qualifiée pour notre province.

Dans le cadre de cette initiative, notre gouvernement s’appuiera sur le concept réussi des expo-sciences et des fêtes provinciales du patrimoine pour lancer un nouveau défi aux écoles intermédiaires et secondaires. L’expo-sciences sur les technologies propres invitera nos plus jeunes citoyens à se pencher sur les enjeux en matière de changement climatique, de consommation énergétique, de robotique et d’intelligence artificielle.

En outre, notre gouvernement mettra sur pied un nouveau fonds d’action à l’intention de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et du Collège Holland afin d’offrir un capital d’amorçage pour la création de solutions d’entreprise et de nouvelles technologies propres. Le fonds s’ajoute aux mesures incitatives visant à encourager la participation des jeunes Insulaires et à tirer parti de leurs idées.

Par ailleurs, une nouvelle agence de développement de la main-d’œuvre aura pour rôle de coordonner les efforts de transition et de préparation de la main-d’œuvre. L’agence et ses programmes seront surtout dirigés par une unité d’information sur le marché du travail. Chargée de suivre de près les besoins et les tendances du marché de travail de l’Île-du-Prince-Édouard, cette unité de travail donnera aux employeurs et aux éventuels employés un aperçu précis et opportun des débouchés sur le marché provincial. Le recours actuel aux données nationales ne nous permet pas d’exposer les enjeux propres à l’Île-du-Prince-Édouard, notamment notre taille, notre caractère saisonnier et notre emplacement géographique.

De concert avec les établissements postsecondaires, l’agence travaillera à l’instruction des travailleurs, notamment en augmentant les possibilités de formation en milieu de travail et de stages coopératifs afin de mieux harmoniser la formation et le travail. L’agence repérera les secteurs qui présentent des possibilités ou qui subissent des pressions en matière de main-d’œuvre, puis collaborera avec les employeurs et les syndicats pour créer des solutions sectorielles immédiates.

Cette initiative donnera lieu à de meilleurs débouchés pour nos travailleurs en leur offrant des occasions d’éducation, de formation et d’emploi qui favorisent la réussite tant professionnelle que personnelle.     

L’investissement dans les technologies propres

Les Insulaires saisissent l’importance de notre environnement. Compte tenu des événements météorologiques extrêmes, de notre réalité côtière et de nos ressources naturelles complexes et fragiles, nous sommes particulièrement attentifs aux répercussions du changement climatique.

La réputation de l’Île-du-Prince-Édouard est bien établie en ce qui a trait à l’énergie renouvelable et à l’action climatique. Nous exerçons notre leadership dans le secteur de l’énergie éolienne depuis des décennies et continuons d’accroître notre capacité en la matière dans toute la province.  

Les déchets et le biocarburant produisent l’électricité qui alimente plus de 150 édifices publics de la province, y compris nos hôpitaux et bon nombre de nos écoles. Depuis 2018, Efficacité Î.-P.-É. a appuyé l’installation de plus de 13 000 nouvelles thermopompes. Aujourd’hui, 98 % des nouvelles maisons construites dans la province font appel à une source d’énergie propre. Grâce à ces mesures innovantes, l’Île-du-Prince-Édouard a été en mesure de faire baisser ses émissions de carbone par habitant de 27,5 % depuis 2005. Ce type d’action climatique est essentiel si nous voulons protéger l’environnement de notre province pour les générations à venir.

Mais comme nous le savons tous, il faut aller encore plus loin. Pour faire face aux défis actuels et futurs du changement climatique, nous devrons mettre nos meilleures idées à l’œuvre et faire preuve d’ingéniosité et d’initiative. Si nous voulons être la première province au pays à afficher une carboneutralité, nous devons trouver des solutions viables à long terme dans plusieurs secteurs, notamment en transport et en agriculture.

Pour atteindre cet objectif, notre gouvernement adoptera une stratégie qui édifiera le secteur des technologies propres à l’Île-du-Prince-Édouard en aidant les entreprises insulaires à développer et à déployer des solutions compétitives en matière de technologies propres. Nous chercherons surtout à encourager le développement de pointe pour aider à relever certains de nos défis écologiques les plus pressants, soit le changement climatique, l’air pur, l’eau propre et la salubrité des sols.

Cette stratégie comprendra la création d’un portefeuille de prêts évalué à 50  millions de dollars pour aider les entreprises existantes et nouvelles à développer et à adopter des solutions technologiques propres.  

La stratégie permettra également d’établir trois zones de développement franches dans lesquelles les entreprises de technologies propres auront l’occasion de former une grappe afin de profiter de services et d’appuis communs et d’accélérer leur travail.   

En s’appuyant sur son système fiscal, notre gouvernement promouvra les intérêts des entreprises de technologies propres en établissant une subvention de placement en actions afin d’accorder un remboursement d’impôt à toute personne investissant dans une compagnie de technologies propres insulaire approuvée.

Pour devenir chef de file dans le secteur des technologies propres, il faudra bien sûr investir dans la recherche et le développement. Pour ce faire, notre gouvernement annonce aujourd’hui deux initiatives. La première, la création d’un fonds quinquennal de 10 millions de dollars qui sera consacré spécifiquement à des projets de recherche et de développement dans le secteur des technologies propres.

La deuxième initiative sera la fondation de l’Académie de l’énergie et du Parc d’éco-innovation de l’Î.-P.-É.

Ces deux établissements formeront un partenariat avec le Collège Holland et le Canadian Centre for Climate Change and Adaptation de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard pour développer notre expertise et mettre en place des pratiques écologiques et économiques qui assureront un avenir durable.

L’Académie de l’énergie de l’Î.-P.-É. développera la formation appliquée, la recherche et l’élaboration initiale en matière d’innovation dans le domaine de l’énergie. Le Parc d’éco-innovation aura des liens avec l’industrie locale et régionale, l’éducation et la culture. Ensemble, ces deux initiatives favoriseront une communauté dévouée à l’innovation et à la collaboration en accueillant un éventail de formations et d’entreprises dans les domaines de la recherche, du développement et de la fabrication en écologie.

Il s’agit d’une initiative audacieuse pour l’Île-du-Prince-Édouard. Elle nous met au défi de devenir un chef de file mondial – mais nous avons déjà relevé ce genre de défi. Dans les années 1980, l’Institute of Man and Resources avait placé l’Île-du-Prince-Édouard à l’avant-garde de la recherche et du développement dans le domaine de l’énergie de remplacement. Notre gouvernement est persuadé que grâce à cette initiative, l’Île-du-Prince-Édouard montrera encore une fois au reste du monde que même si on est petit, on est capable.

Un endroit sécuritaire où vivre, travailler et fonder une famille

Au cours de la pandémie, nous avons appris que le sentiment de sécurité chez les gens augmente avec la confiance du public. Lorsque les Insulaires se sentent en sécurité, ils mènent leur vie avec plus de confiance et de détermination. L’Île-du-Prince-Édouard continue d’être considérée comme un endroit sécuritaire où vivre, travailler et fonder une famille. Nous savons qu’il y a toutes sortes de familles et nous reconnaissons le fait que les grands-parents en particulier peuvent jouer un plus grand rôle dans l’éducation des enfants, et nous allons travailler pour favoriser cette optique.

Nous pouvons toujours faire mieux. Notre gouvernement présentera des mesures visant la réduction des méfaits pour ceux et celles qui vivent des moments difficiles. En collaborant avec le Bureau du médecin hygiéniste en chef, nous allons lancer de nouveaux programmes et initiatives pour aider les Insulaires les plus vulnérables.

Chaque Insulaire a le droit de vivre sans violence physique et mentale. Toutefois, nous savons que ce n’est pas toujours le cas et que beaucoup trop d’enfants et de nos proches vivent dans la peur. Notre gouvernement s’engage à travailler avec les autres partis politiques, l’ensemble des ministères et la défenseure des enfants et de la jeunesse à l’élaboration de stratégies pour lutter contre la violence sexiste, la violence familiale, la violence sexuelle et le harcèlement.

De plus, le gouvernement se penchera sur des options thérapeutiques dans le domaine de la justice pour les personnes en conflit avec la loi. Ces initiatives permettront aux individus d’avoir l’appui dont ils ont besoin en matière de représentation, de traitement et de réhabilitation.

Une province plus équitable et inclusive

Au cours de la dernière année, les événements qui se sont déroulés très loin de nos frontières, et aussi ici dans notre province, nous ont rappelé l’existence de déséquilibres criants sur le plan de la justice sociale et le besoin de changements culturels significatifs.

Des milliers d’Insulaires ont démontré leur appui et leur engagement envers l’égalité lors d’une marche appuyant le mouvement Black Lives Matter, la plus importante marche ayant jamais eu lieu dans la province. C’était une démonstration de force et un signe de solidarité  un geste déclarant que des changements sont nécessaires et que nous devons faire plus en tant que province et société.

Le gouvernement a entendu l’appel, restera à l’écoute et passera à l’action. Il reste du travail à faire pour ceux et celles dont la voix n’a pas encore été entendue. Notre province ne peut réellement s’épanouir que lorsque tout le monde est traité de façon équitable.

En partenariat avec le Conseil pour les personnes handicapées de l’Î.-P.-É., notre gouvernement fournira un appui aux exploitants de services de taxi pour la modification de leurs véhicules pour faire en sorte que des options de transport payantes adéquates soient offertes aux personnes handicapées.

Nous devons continuer à appliquer une analyse axée sur le genre et la diversité aux politiques et aux décisions clés du gouvernement afin d’assurer que le contenu, l’accès et la prestation sont exempts de préjugés liés au genre.

De plus, de nouveaux programmes seront immédiatement lancés pour donner aux populations sous-représentées la reconnaissance et l’appui auxquels elles ont droit.

Un programme de microprêts pour les populations sous-représentées sera créé pour fournir aux jeunes et aux Insulaires s’identifiant comme PANDC, Autochtones, femmes ou LGBTABIA+ l’appui nécessaire pour démarrer leur propre entreprise et faire leur propre chemin dans la vie.

Notre gouvernement travaille en partenariat avec Pride PEI et la PEERS Alliance afin d’aider notre province à devenir chef de file pour ce qui est de célébrer et d’appuyer la diversité des identités de genre, des orientations sexuelles et des expressions de genre.

Nous établirons également un partenariat avec des établissements de formation professionnelle, comme l’Atlantic Police Academy, pour financer des places pour les groupes sous-représentés et les minorités visibles. Il est essentiel que nos institutions et organismes reflètent la diversité de notre société. Nous devons nous assurer que les corps policiers représentent la société qu’ils servent et qu’ils soient axés sur le service à la communauté. Nous évaluerons le modèle des services policiers de la province afin d’assurer qu’ils reflètent les gens et s’occupent des préoccupations des communautés. Le gouvernement travaillera avec les corps policiers pour cibler les mesures et programmes de prévention du crime et pour explorer d’autres approches en matière de punition et de réhabilitation.

Notre gouvernement continue de développer sa relation avec les Premières Nations. Nous travailleron avec les leaders des Premières Nations pour célébrer et préserver les langues autochtones, pour veiller à ce que les Premières Nations se prononcent sur les enjeux importants, et pour engager des ressources qui favorisent la richesse et l’indépendance au sein des communautés mi’kmaq.

En tant qu’Insulaire de descendance acadienne, j’ai été très fier de participer au Congrès mondial acadien 2019. Le Congrès a été un grand succès grâce à la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard.

Notre gouvernement continue d’investir dans des programmes et des services qui contribuent à préserver et à développer la langue française, la culture francophone et l’éducation en français partout dans la province. À cet égard, la Commission scolaire de langue française est un partenaire essentiel. L’importance de son rôle sera reflétée dans l’engagement budgétaire du gouvernement et démontrée par des mesures comme la construction d’une nouvelle école pour la région Évangéline.

À mesure que notre population se diversifie, notre culture et notre expression culturelle font de même et évoluent. L’Île-du-Prince-Édouard a toujours été ouverte et accueillante envers ceux et celles qui, pour des raisons économiques, religieuses, politiques ou personnelles, choisissent de quitter leur terre natale pour trouver une nouvelle vie. Les immigrants d’aujourd’hui, comme mes ancêtres et les vôtres, ne cherchent qu’à améliorer leur condition et à se bâtir une nouvelle vie. L’Île-du-Prince-Édouard doit continuer d’être un endroit accueillant – un foyer – pour toutes les personnes qui choisissent d’y vivre.

Une société meilleure

J’ai déjà mentionné le Conseil du premier ministre pour la reprise et la croissance. Plus de 1100 idées ont été présentées au Conseil par des Insulaires de partout dans la province.

Au premier plan des préoccupations soulevées et des suggestions apportées était le désir de réduire la pauvreté. De nombreux groupes et  individus ont dit souhaiter un quelconque appui en matière de revenu de base. Notre gouvernement compte continuer de travailler de façon collaborative avec nos partenaires fédéraux pour explorer cette mesure et d’autres options en vue d’éliminer la pauvreté systémique dans notre province.

Nous savons que les coûts relatifs au logement représentent une grande partie des dépenses des ménages. Tout effort visant à réduire la pauvreté doit donc considérer attentivement le coût et la convenance des options en logement. Notre gouvernement poursuit ses investissements visant le développement et l’amélioration des options de logements sociaux dans les secteurs public et privé. Le taux d’inoccupation dans la province est passé de moins de 1 % à presque 3 %, mais nous savons que cette hausse est en grande partie due à la pandémie. La baisse du nombre d’étudiants et de touristes a réduit les pressions en matière de logement dans notre province.

Nous devons nous servir de ce répit de la pénurie chronique en logement pour travailler avec des promoteurs privés, des communautés, des organismes à but non lucratif et des entrepreneurs et continuer à augmenter notre offre de logements tout en diminuant les barrières à la propriété pour les Insulaires.

Notre gouvernement tient également à mieux connaître l’état du bien-être sociétal dans notre province. Au centre de cet objectif se trouve l’élaboration d’un large éventail d’indicateurs du bien-être provinciaux. Le gouvernement fait partenariat avec l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard par l’entremise de l’Institute of Island Studies pour entreprendre un projet de recherche pluriannuel de cette nature. Ce travail vise à évaluer ce qui est important pour le bien-être général des Insulaires.

Un environnement plus propre

Aussi à l’avant-plan de la rétroaction des Insulaires au Conseil se trouvaient les préoccupations concernant l’environnement. En réponse à celles-ci, les membres de l’Assemblée législative devront, au cours de la présente session, se pencher sur des propositions budgétaires, de politiques et de programmes touchant :

  • la promotion de l’utilisation des véhicules électriques;
  • le développement des programmes appuyant l’efficacité énergétique avec un accent sur l’aide aux Insulaires à faible revenu;
  • l’appui aux municipalités dans leurs efforts pour devenir plus durables;
  • la mise en œuvre d’une stratégie de réduction du gaspillage alimentaire;
  • l’adoption de mesures visant à réduire l’utilisation du plastique à usage unique;
  • la mise en place d’un réseau de transport en commun provincial et un engagement accru envers le transport actif;
  • la mise en œuvre d’une stratégie sur la santé des sols;
  • l’introduction de vérifications de la consommation d’énergie gratuites pour aider les agriculteurs à réduire leur consommation d’énergie;
  • l’augmentation de la quantité de terres protégées pour atteindre notre objectif de 7 %, avec la ferme intention de viser 10 %.

De plus, notre gouvernement lancera un appel ouvert aux communautés et aux organismes à but non lucratif pour la soumission de projets d’infrastructure appliquant une lentille tenant compte de la carboneutralité et du changement climatique au Secrétariat d’infrastructure.

Au cours de l’année, nous allons aussi faire d’autres ajustements en matière de tarification du carbone en accord avec le cadre pancanadien fédéral. Notre engagement est de rendre chaque dollar collecté par l’entremise de la tarification du carbone aux Insulaires et d’aider les familles et entreprises insulaires à utiliser l’énergie de façon plus efficace.

Ces mesures ainsi que d’autres déjà mises en œuvre par notre gouvernement nous permettront de nous approcher de notre objectif de carboneutralité.

Une économie plus résiliente

La pandémie de COVID-19 a été la plus grande perturbation pour l’économie mondiale depuis la Deuxième Guerre mondiale. Le rétablissement des chaînes de production brisées, des cycles de production interrompus, des possibilités d’emploi perdues et de la confiance des consommateurs brisée prendra du temps. Tout comme la reprise après la guerre, notre reprise à la suite de cet événement dévastateur nécessitera l’intervention du gouvernement.

Le travail du Conseil du premier ministre pour la reprise et la croissance a souligné de façon claire que deux domaines de notre économie ont besoin d’une attention particulière. Le premier domaine qui demande notre attention immédiate est le secteur du tourisme et les entreprises qu’il touche (hébergement, congrès, services alimentaires et événements culturels).

Nous savons que 2021 sera une année de stabilisation pour l’industrie touristique. Le gouvernement sera là pour appuyer le secteur et l’aider à tenir bon. Nous mettrons l’accent sur une campagne locale tout en travaillant à la réouverture de la bulle atlantique et, à mesure que nos programmes de vaccination créeront une immunité, à l’ouverture au reste du Canada.

Dans le but d’appuyer nos exploitants touristiques dans leur préparation pour la saison 2021, notre gouvernement mettra sur pied un fonds d’activation spécial conçu pour aider les exploitants à couvrir les coûts d’immobilisation initiaux liés à la réouverture pour la saison.

Le gouvernement appuiera aussi un incitatif pour le service sur place visant à appuyer les restaurants locaux, particulièrement lors des jours moins achalandés de la semaine qui sont plus coûteux sur le plan opérationnel. En partenariat avec l’industrie, le gouvernement développera et améliorera également le programme de cartes-cadeaux de l’Île des délices.

Notre gouvernement travaille aussi avec le gouvernement fédéral et la Charlottetown Airport Authority pour créer une stratégie de reprise pour le transport aérien vers notre province. Pendant le débat sur le budget, vous serez appelés à approuver un fonds d’un million de dollars du gouvernement provincial pour lancer ce processus de reprise.

Le second domaine sur lequel nous devons concentrer nos efforts est l’emploi, particulièrement pour aider les gens à transiter de l’aide d’urgence au retour à un emploi satisfaisant.

Notre gouvernement tient à travailler avec les établissements postsecondaires, les conseils sectoriels, les employeurs et les groupes de travailleurs et travailleuses pour appuyer la formation professionnelle dans les secteurs de l’économie qui, comme la construction et la transformation alimentaire, ont réussi à survivre ou même à prospérer pendant la pandémie. Ces démarches comprendront le renouvellement des programmes de Compétences Î.-P.-É. et d’Innovation Î.-P.-É. afin qu’ils répondent mieux aux besoins des industries, des employeurs et employés potentiels.

L’agriculture est depuis longtemps un moteur économique important et une partie de l’identité insulaire. Le changement climatique a des répercussions sur l’industrie agricole, et bien que notre gouvernement a un plan d’action climatique rigoureux, nous ne devons pas rester les bras croisés pendant que cet important secteur traverse un moment crucial. Notre gouvernement ne tournera pas le dos aux agriculteurs, mais travaillera plutôt avec eux, coude à coude, pour établir des mesures durables touchant la santé des sols, l’accès à l’eau, l’expansion des zones tampons qui protègent les cours d’eau et l’examen des exigences en matière de terres et de la rotation des cultures. De nouveaux programmes seront lancés pour appuyer les initiatives visant la réduction des gaz à effet de serre agricoles, la prévention de l’érosion fondée sur le mérite, le reboisement et l’achat et la restauration de zones tampons, pour commencer.

Pendant des dizaines d’années, les gens de l’Île-du-Prince-Édouard ont soulevé des questions et exprimé une préoccupation grandissante concernant les politiques en matière d’utilisation des terres. À l’Île, nos terres ont toujours été l’une de nos plus précieuses ressources. Notre gouvernement a lancé un examen complet de l’utilisation et de la protection des terres. Au cours de la présente session, un rapport provisoire du comité consultatif du projet Terre Enjeux sera déposé et nous nous pencherons ensemble sur la trajectoire d’avenir pour l’utilisation durable des terres à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous prévoyons que l’ensemble des modifications proposées pour la Lands Protection Act (loi sur la protection des terres) et la Planning Act (loi sur la planification) seront déposées à la session de l’automne 2021.

L’industrie des fruits de mer de l’Île-du-Prince-Édouard a fait preuve d’une grande résilience au cours de la dernière année. Notre gouvernement continuera d’appuyer l’industrie des fruits de mer et de l’aquaculture afin d’assurer que lorsque la demande pour des fruits de mer de première qualité dans le monde augmentera, nous serons capables d’y répondre.

En plus des nombreuses mesures qui viennent d’être énoncées, les membres de l’Assemblée législative devront se pencher sur un programme législatif ambitieux, comprenant des propositions du gouvernement et de membres individuels. Les députés devront examiner :

  • une loi pour la réorganisation du gouvernement;
  • une loi modifiant la loi sur les architectes;
  • une loi modifiant la loi sur la profession d’ingénieur;
  • une loi modifiant la loi sur les assurances;
  • une loi modifiant la loi sur la désignation des bénéficiaires;
  • une loi modifiant la loi sur les jurys;
  • une loi modifiant la loi sur la planification;
  • une loi modifiant la loi sur le mariage;
  • une loi modifiant la loi sur l’évaluation des biens immobiliers;
  • une loi modifiant la loi sur les professions en santé réglementées;
  • une loi sur les personnes disparues;
  • une loi modifiant la loi sur le changement de nom;
  • une loi abrogeant la loi sur les accidents du travail des travailleurs aveugles;
  • une loi modifiant la loi sur la réglementation des alcools;
  • une loi sur la protection des travailleurs étrangers temporaires;
  • une loi d’interprétation;
  • une loi sur la déclaration des blessures par balles et armes blanches;
  • une loi sur la Cour provinciale.

Les membres devront aussi évaluer plusieurs options pour la mise sur pied d’un système électoral scolaire visant à permettre une plus grande transparence et une plus grande gouvernance communautaire et parentale au sein du système scolaire public. Le gouvernement entamera aussi le renouvellement de la Freedom of Information and Protection of Privacy Act (loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée) afin d’accroître la confiance du public et la reddition de compte du gouvernement.

Conclusion

Notre gouvernement a préparé un ambitieux programme axé sur l’innovation et le progrès. Il est conçu pour permettre la poursuite des objectifs de la durabilité, de l’inclusion et de l’innovation.

Nous passons des moments difficiles, mais ils n’ont pas réussi à vaincre notre nature et notre détermination. Comme ceux et celles qui nous ont précédés, nous ne cessons de persévérer. Nous avons déjà connu des bouleversements comparables, et ensemble nous y avons survécu, tout comme nous allons survivre à la situation actuelle.

Comme c’est la tradition, je termine avec une prière : Que la Divine Providence vous guide dans vos délibérations, et que vous soyez remplis d’un sentiment de gratitude et de reconnaissance envers le privilège de vivre dans ce merveilleux et généreux endroit qui est notre chez nous et d’aider à le diriger.

 

 

 

 

 

 

Date de publication : 
le 25 Février 2021
Cabinet du premier ministre

Renseignements généraux

Cabinet du premier ministre
Immeuble Shaw, 5e étage (sud)
95, rue Rochford
C.P. 2000
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-4400
Télécopieur : 902-368-4416

premier@gov.pe.ca