Vaccin contre le rotavirus

Qu’est-ce qu’une infection à rotavirus et comment peut-on la prévenir?

Le rotavirus est une cause commune de maladies gastro-intestinales (diarrhées et vomissements) chez les enfants. Ce virus est présent dans les intestins et se transmet par voie orale après un contact des mains avec des matières fécales infectées. Il se propage facilement parmi les membres de la famille et de la maisonnée. Il est reconnu que les infections à rotavirus peuvent affecter les nourrissons et les jeunes enfants même si les conditions d’hygiène et de salubrité sont adéquates. 

Le rotavirus cause la majorité des maladies gastro-intestinales infantiles qui nécessitent une hospitalisation. Il est également responsable d’un nombre considérable de consultations dans des cliniques et des services d’urgence et de nombreuses absences au travail pour les parents malades ou dont l’enfant est malade. Le rotavirus touche 95 % des enfants, et le taux d’incidence le plus élevé se situe chez les enfants de 6 à 24 mois. 

Le vaccin contre le rotavirus aide le système immunitaire de l’enfant à développer des anticorps pour lutter contre les types les plus courants d’infections à rotavirus. Le vaccin est administré par voie orale et le nourrisson doit recevoir deux doses à au moins quatre semaines d’intervalle. Il est offert à l’âge de deux et quatre mois dans le cadre du calendrier de vaccination systématique de Santé publique. La première dose du vaccin doit être administrée lorsque le nourrisson est âgé de 6 à 15 semaines, et il faut attendre au moins quatre semaines entre la première et la deuxième dose. Le nourrisson doit avoir reçu toutes les doses du vaccin avant l’âge de 24 semaines. 

Que contient le vaccin contre le rotavirus? 

Le vaccin contient des rotavirus vivants, mais affaiblis, ainsi que des traces d’ingrédients non médicinaux tels que de l’eau stérile, du saccharose, un agent qui aide à développer les cellules et un antiacide pour empêcher les sécrétions d’acide gastrique d’inactiver le vaccin. L’utilisation de ce vaccin a été approuvée par la Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques de Santé Canada. L’applicateur utilisé pour administrer le vaccin ne contient pas de latex. 

Quelles sont les réactions possibles au vaccin et les précautions à prendre? 

Le vaccin est généralement très bien toléré. Les effets secondaires les plus courants sont une légère perte d’appétit, l’irritabilité et l’agitation. Parmi les effets moins fréquents, notons la fièvre, la fatigue, des diarrhées, des vomissements, des flatulences, des régurgitations et des douleurs abdominales. 

La mère peut continuer d’allaiter durant la période de vaccination, et le nourrisson peut consommer tout liquide ou aliment avant ou après l’administration du vaccin. Lorsque le nourrisson recrache ou régurgite la majeure partie de la dose administrée, on peut lui donner une dose de remplacement lors de la même consultation. 

L’excrétion du virus vaccinal dans les selles peut survenir jusqu’à 10 jours après la vaccination, surtout lors de la première dose, avec un pic d’excrétion vers le 7 jour. Il convient e de rappeler que les proches du nourrisson devraient se laver les mains minutieusement en tout temps, particulièrement après avoir changé une couche. 

On ignore si l’administration du vaccin contre le rotavirus aux nourrissons présente un risque pour les personnes de l’entourage ayant un système immunitaire déficient ou dont l’état réduit la capacité de l’organisme à résister aux infections. Cependant, parce que la majorité des enfants sont infectés par un rotavirus naturel avant l’âge de 5 ans, la vaccination peut réduire le risque global d’exposition des personnes immunodéprimées. L’administration du vaccin doit être évaluée en fonction des risques et des bienfaits qu’elle présente; les personnes en contact avec un nourrisson ayant reçu le vaccin doivent éviter de toucher à ses selles et adopter de bonnes habitudes d’hygiène personnelle. 

L’invagination intestinale (pénétration d’une partie de l’organe dans la partie qui lui fait suite) est très rare, mais peut théoriquement se produire après l’administration du vaccin contre le rotavirus. On continue de surveiller son occurrence. Les symptômes d’une invagination intestinale comprennent notamment une douleur abdominale intense, des vomissements persistants, des selles sanguinolentes, des ballonnements et une forte fièvre. On conseille aux parents d’amener leur enfant voir un médecin s’il présente ces symptômes, et ce, même s’il n’a pas reçu de vaccin.

Dans quelles situations faut-il éviter d’administrer le vaccin contre le rotavirus?

Le vaccin ne doit pas être administré aux nourrissons qui ont déjà fait une réaction allergique à celui-ci ou à l’un de ses ingrédients. Il est également déconseillé pour les nourrissons ayant une malformation congénitale du système gastro-intestinal ou qui sont susceptibles de faire ou qui ont déjà fait une invagination intestinale. 

Le nourrisson qui souffre d’une infection grave accompagnée d’une forte température, de diarrhée ou de vomissements au moment de la consultation devra être vacciné plus tard, lorsqu’il sera rétabli. S’il est touché par une infection mineure, comme un rhume, il peut recevoir le vaccin sans problème. 

Quels sont les risques pour ceux qui n’ont pas reçu le vaccin?

Les nourrissons et les jeunes enfants qui ne sont pas immunisés contre le rotavirus sont plus susceptibles de tomber malades et de souffrir de vomissements graves, de diarrhées et de déshydratation potentiellement mortelle nécessitant une hospitalisation.

Date de publication : 
le 14 Octobre 2015
Santé et Mieux‑être

Renseignements généraux

Ministère de la Santé et du Mieux-être
Immeuble Shaw, 4e étage (nord)
105, rue Rochford
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-6414
Télécopieur : 902-368-4121

DeptHW@gov.pe.ca