Le coparentage et la COVID-19

En cette période difficile qui évolue rapidement et où un grand nombre de personnes ressentent les effets de la pandémie de COVID-19, nous reconnaissons que la situation comporte des défis particulièrement uniques pour les parents qui exercent le parentage partagé de leurs enfants. Les pressions normales de la coordination des tâches et des responsabilités sont encore plus grandes. Les écoles sont fermées, et les parents tentent de composer avec la garde des enfants à mesure que les exigences d’emploi changent et que l’interaction sociale est limitée.

Les enfants peuvent ressentir l’anxiété de leurs parents et des autres adultes dans leur vie.

Accords de garde hors province

De nombreuses familles de l’Île-du-Prince-Édouard sont impliquées dans des accords de garde hors province. La pandémie de COVID-19 a été une période difficile pour les enfants et leurs parents. Le BMHC a établi un processus pour appuyer les familles en ces temps difficiles.

Les enfants et leurs parents peuvent quitter l’Î.-P.-É. et y revenir pour faire des échanges de garde.

En ce qui concerne les parents résidents de l’Î.-P.-É. qui vont chercher ou qui déposent leur enfant à l’extérieur de l’Île pour un échange de garde, pour être exemptés de l’obligation de s’isoler, les parents doivent uniquement se rendre au lieu d’échange désigné et ne pas faire d’autres arrêts. Ils ne peuvent pas aller magasiner, visiter des amis ou se rendre dans des espaces publics. Voir la page Aller-retour d’un jour à l’extérieur de l’Île pour les Insulaires pour plus de renseignements.  

Les enfants qui ne sont pas résidents de l’Î.-P.-É. ont besoin d’une approbation de leur déplacement pour entrer et rester à l’Î.-P.-É.

Les parents de l’extérieur de la province peuvent entrer à l’Î.-P.-É. pour aller chercher ou pour déposer leur enfant pour des échanges de garde. Ils ne sont exemptés de l’auto-isolement que pour aller chercher ou déposer leur enfant. Les parents qui ne sont pas des résidents de l’Î.-P.-É. ont besoin d’une approbation de leur déplacement pour entrer à l’Î.-P.-É. sauf s’ils utilisent l’aire d’échange de Borden.

Pour obtenir l’approbation de déplacement, dans leur demande, les parents ou enfants qui ne résident pas dans la province doivent présenter une copie du document de voyage indiquant le consentement de l’autre parent et confirmant les arrangements en matière d’accès ou de garde (habituellement une ordonnance du tribunal ou un accord de séparation). En remplissant le formulaire de demande, comme « motif de déplacement », il faut choisir « Déplacement essentiel », puis « Échange de garde d’enfants ».

Lorsqu’un enfant a terminé sa visite à l’extérieur de la province et revient à l’Île, ou lorsqu’un enfant de l’extérieur de la province arrive à l’Î.-P.-É. pour une visite de garde, les lignes directrices suivantes doivent être respectées pendant les 14 premiers jours :

  • L’enfant peut fréquenter l’école/la garderie, mais ne peut pas se rendre dans d’autres espaces publics comme les lieux où l’on fait du sport (entraînement, jeux et rassemblements d’équipes) et les fêtes.
  • Il faut limiter le nombre de personnes avec qui vous êtes en contact aux membres de votre ménage pendant que l’enfant se trouve dans la province.
  • L’enfant doit subir un test de dépistage et obtenir un résultat négatif avant de retourner à l’école. Il/elle doit se faire tester les jours 0 à 1, 4 à 6 et 9 à 11.
  • Si possible, l’enfant doit porter un masque non médical en tout temps à l’école/la garderie.
  • Il/elle doit respecter toutes les autres mesures de santé publique en place : rester chez soi lorsqu’on ne se sent pas bien, pratiquer l’éloignement physique, respecter l’étiquette respiratoire et pratiquer l’hygiène des mains.
  • Si des symptômes surviennent, l’enfant doit immédiatement s’isoler et aller passer un test de dépistage.

Questions et réponses concernant la garde

Pourquoi les accords de garde se poursuivent-ils à l’extérieur de l’Île-du-Prince-Édouard?

Les modalités de garde sont importantes pour la santé et le bien-être des enfants et de leurs parents; les séparations prolongées ne sont pas saines. De plus, de nombreux accords de garde sont ordonnés par le tribunal, sont juridiquement contraignants et doivent être respectés, même durant une pandémie.

Pourquoi les enfants ne sont-ils pas tenus de s’isoler pendant 14 jours à leur retour d’un voyage à l’extérieur de l’Île-du-Prince-Édouard?

Si les enfants qui doivent se déplacer à l’extérieur de la province pour être avec leurs parents devaient s’isoler après chaque visite de garde, cela aurait un effet nuisible sur eux.

Pourquoi les enfants sont-ils autorisés à être « testés » pour éviter de s’isoler?

Les enfants ne sont pas testés pour éviter de s’isoler. Au contraire, nous effectuons un test de dépistage et donnons des conseils sur les précautions supplémentaires à prendre, comme le port d’un masque non médical et la nécessité de ne fréquenter que l’école et la garderie. Ces mesures fournissent un niveau de protection supplémentaire et permettent aux enfants de continuer à se rendre à l’école et à la garderie après une visite de garde. Notre objectif est de soutenir les familles en toute sécurité dans ces circonstances uniques et rares, tout en minimisant les risques pour l’ensemble de la communauté.

Le Centre du droit de la famille et le Bureau des conseillers du tribunal de la famille recommandent qu’en ce moment très important, les parents suivent les étapes suivantes pour soutenir et rassurer leurs enfants :

  • voir à ce que les enfants soient le moins perturbés possible pendant la période de parentage;
  • maintenir autant que possible les calendriers de parentage ordonnés par le tribunal; et
  • rester vigilant pour éviter les conflits devant les enfants.  

À noter : Une pandémie n’est pas une raison d’éloigner vos enfants de leur autre parent. Les calendriers de parentage devraient être maintenus à moins qu’une personne ne soit en auto-isolement ou mise en quarantaine.

Éloignement physique

Comment pratiquer l’éloignement physique lors d’un échange?

Si possible, les échanges de parentage partagé peuvent avoir lieu dans un terrain de stationnement, en s’assurant que les adultes maintiennent la distance physique recommandée entre eux. Vous devez voir au lavage fréquent des mains des enfants. Les vêtements, les jouets et autres objets personnels devraient être lavés après chaque échange.
Auto-isolement

Comment exercer le parentage entre deux maisons ou plus si une personne doit s’auto-isoler ou développe les symptômes?

Si vous exercez le parentage d’un enfant entre deux maisons ou plus, voici les suggestions en cas d’auto-isolement :

  • Un enfant ne peut pas se promener d’une maison à l’autre durant la période d’auto-isolement;
  • Si vous-mêmes ou un membre de votre ménage devez vous auto-isoler, avisez l’autre parent immédiatement, afin que vous puissiez ensemble établir un plan sécuritaire pour les enfants, même si vous devez modifier temporairement le calendrier de parentage prévu dans votre ordonnance du tribunal ou une entente parentale;
  • Si les enfants ne peuvent passer du temps avec un parent en raison d’un auto-isolement, il incombe au parent avec lequel les enfants vivent en ce moment de faciliter autrement les contacts fréquents entre l’enfant et l’autre parent, par exemple des appels téléphoniques et vidéoconférences (Skype ou FaceTime);
  • Si le calendrier de parentage doit être modifié temporairement en raison d’un auto-isolement, tentez, à la fin de la période d’auto-isolement, d’accorder du temps compensatoire au parent qui a dû rester à l’écart de son ou ses enfants.

Que se passe-t-il après la période d’auto-isolement?

Après la période d’auto-isolement, tentez d’accorder du temps compensatoire au parent qui a dû rester à l’écart de son ou ses enfants.

Scénarios possibles

Aujourd’hui, je suis revenu d’un voyage à l’extérieur de la bulle atlantique sans mes enfants, donc je dois m’auto-isoler pendant 14 jours. Toutefois, selon notre ordonnance, les enfants doivent être avec moi demain. Que devons-nous faire?
Si vous devez vous auto-isoler et que vous n’avez actuellement pas la garde des enfants, et que, selon votre calendrier de parentage, les enfants doivent retourner chez vous avant la fin de votre auto-isolement, demandez à votre coparent s’il peut assurer la garde des enfants jusqu’à la fin de votre auto-isolement. Si c’est impossible, discutez avec votre coparent de la possibilité que les enfants demeurent avec un autre adulte fiable jusqu’à la fin de votre période d’auto-isolement.

Les enfants et moi, nous revenons d’un voyage prolongé à l’extérieur de l’Î.-P.-É. Nous devons donc tous nous isoler pendant 14 jours. Toutefois, selon notre entente parentale, les enfants doivent aller chez l’autre parent demain. Que devons-nous faire?

Avisez immédiatement votre coparent que vous devez, vous et les enfants, vous isoler. Si les enfants vont chez votre coparent avant la fin de leur période d’auto-isolement, votre coparent et tous les membres de sa famille peuvent être exposés à la COVID-19 et ils devront aussi s’auto-isoler pendant 14 jours. Si votre coparent a d’autres enfants ou si des gens dont le système immunitaire est affaibli habitent chez lui, vos enfants ne devraient pas demeurer à cet endroit, si possible, tant qu’ils n’ont pas terminé leur période d’auto-isolement. Les enfants devraient demeurer avec vous, dans la mesure du possible, jusqu’à la fin de leur période d’auto-isolement.

Par ailleurs, les parents doivent accepter d’adapter ces règles si eux-mêmes ou des membres de leur ménage doivent s’auto-isoler ou présentent des symptômes.

Lignes directrices aux parents d’enfants demeurant dans deux maisons ou plus

Recommandations de l’Association of Family and Conciliation Courts

  1. DEMEUREZ EN SANTÉ – Donnez l’exemple à vos enfants en vous lavant les mains vigoureusement et en nettoyant les surfaces et les autres objets qui sont souvent touchés. Pratiquez l’éloignement social et l’auto-isolement, si la médecin hygiéniste en chef l’ordonne. Suivez les consignes du Bureau du médecin hygiéniste en chef en ligne.
  2. SOYEZ ATTENTIF – Demeurez calme et rassurez vos enfants en leur disant que tout va revenir à la normale avec le temps. Évitez de faire des remarques inconsidérées devant les enfants et de les exposer à une longue couverture médiatique qui est destinée aux adultes. Par ailleurs, encouragez vos enfants à poser des questions et répondez-y franchement à un niveau qui convient à leur âge. Le Hospital for Sick Children a créé un centre de ressources en ligne pour faire face à la COVID-19, tout en soutenant la santé et le bien-être des enfants.
  3. RESPECTEZ les ordonnances du tribunal et les ententes parentales dans la mesure du possible. Les ordonnances du tribunal servent à prévenir les disputes interminables sur les détails relatifs au partage du temps. Si les écoles sont fermées, par exemple, les calendriers de parentage doivent être suivis comme si elles sont ouvertes, dans la mesure du possible. Si vos visites ou vos échanges doivent avoir lieu dans le cadre du programme de visites et d’échanges surveillés (qui n’est pas en vigueur durant la période de pandémie), vous êtes encouragés à communiquer avec votre avocat. Veuillez noter qu’il faudra peut-être modifier temporairement les calendriers de parentage si un membre de la famille doit s’auto-isoler.
  4. SOYEZ CRÉATIF – Des parents devront faire des heures de travail supplémentaires pour aider à traverser la crise, tandis que d’autres parents peuvent être sans emploi ou devoir réduire leurs heures de travail pendant un certain temps. Dans de telles situations, il faudra inévitablement modifier les plans. Encouragez le rapprochement avec le parent qui ne verra pas son enfant, en partageant des livres, des films, des jeux, FaceTime ou Skype.
  5. SOYEZ TRANSPARENT – Essayez de convenir des mesures que chacun de vous prendra comme parents pour protéger les enfants contre toute exposition. Les parents devraient se tenir au courant immédiatement si un enfant présente des symptômes possibles de la COVID-19.
  6. SOYEZ GÉNÉREUX – Tentez d’accorder du temps compensatoire au parent qui n’a pas eu sa période de parentage, si c’est possible. En général, les juges s’attendent à ce que les parents fassent des accommodements raisonnables dans des cas où il est sécuritaire de le faire. Ils prendront au sérieux les préoccupations concernant les parents intransigeants dans des situations très inhabituelles qui seront soulevées dans les documents déposés plus tard.

L’adversité peut devenir une occasion pour les parents de se concentrer ensemble sur ce qui est le mieux pour leurs enfants. Bien des enfants conserveront un vif souvenir des jours inhabituels durant la pandémie. Il est important que chaque enfant sache et se souvienne que ses deux parents ont tout fait pour expliquer la situation et assurer sa sécurité.

Services de protection de l’enfance

Il importe de savoir que les Services de protection de l’enfance peuvent juger qu’un enfant a besoin de protection s’il est très susceptible d’être victime d’un préjudice en raison du défaut d’un parent de le protéger, par exemple si un parent expose volontairement l’enfant à une situation où ce dernier risque de contracter la COVID-19.

Tous les Insulaires ont le devoir de signaler les cas connus ou soupçonnés de mauvais traitement envers un enfant. Pour signaler de tels cas, composez le 1-877-341-3101 pendant les heures de bureau (de 8 h 30 à 17 h) et le 1-800-341-6868 après les heures de bureau et pendant les fins de semaine.

Date de publication : 
le 16 Février 2021