COVID-19 et grossesse : Foire aux questions

Chaque jour, nous en apprenons plus sur la COVID-19. À ce moment-ci, on compte plus de 40 femmes atteintes de la maladie qui ont donné naissance à leurs bébés. Voici un résumé de ce que nous comprenons pour le moment.

La grossesse ne semble pas augmenter le risque d’infection.

Les mêmes pratiques de prévention des infections recommandées aux autres adultes s’appliquent aux femmes enceintes : pratiquer l’éloignement social, se laver les mains souvent à l’eau et au savon, éviter de se toucher le visage, tousser ou éternuer dans son coude plutôt que dans ses mains, éviter les personnes qui sont malades et rester à la maison si vous êtes malades.

Les femmes enceintes devraient pratiquer l’éloignement social au travail.

Nous recommandons que les femmes enceintes discutent avec leur employeur pour savoir si elles peuvent travailler de la maison ou modifier autrement leurs tâches pour limiter leur exposition au public.

La grossesse ne semble pas faire augmenter le risque de complications graves comme la pneumonie ou la septicémie si une infection se produit.

La majorité des femmes enceintes qui développent la maladie peuvent s’attendre à des symptômes légers à modérés s’apparentant à ceux du rhume ou de la grippe comme la fièvre, une toux sèche, un mal de gorge ou un mal de tête.

Si des symptômes plus graves comme l’essoufflement ou les difficultés respiratoires sont présents, ils devraient être traités promptement.

Les femmes enceintes ayant des problèmes de santé sous-jacents pourraient se sentir plus mal si elles contractent cette infection.

La meilleure façon de prendre soin du fœtus est de prendre soin de la mère!

Beaucoup de médicaments et de tests peuvent être utilisés au cours de la grossesse d’une manière qui est sécuritaire pour la mère et le foetus.

L’acétaminophène (Tylenol) peut généralement être utilisé pendant la grossesse si une femme n’a pas d’autres problèmes de santé et peut aider à réduire la fièvre, les maux de gorge et les douleurs musculaires.

Il faut généralement éviter les anti-inflammatoires (Advil, Aleve, ibuprofène, etc.) pendant la grossesse.

Il est important de bien s’hydrater pendant la grossesse.

L’infection ne semble pas se transmettre de la mère à l’enfant in utero (transmission verticale).

On n’a pas trouvé de particules virales dans le liquide amniotique, dans le placenta ni dans le sang de cordon ombilical. Il y a eu deux cas où il serait possible qu’une transmission verticale au bébé soit survenue, mais il semble plus probable que l’infection s’est produite peu de temps après la naissance. Si l’infection ne se transmet pas au bébé à naître, il est improbable que l’infection puisse causer des anomalies congénitales.

L’infection ne semble pas causer de perte de grossesse précoce ou de fausse couche même s’il pourrait y avoir un risque de naissance prématurée en cas de maladie active.

On a constaté des accouchements prématurés dans certains des cas déclarés même s’il est difficile de savoir si cela s’est produit en raison des interventions visant à soigner la mère ou en raison de l’infection elle-même.

Les accouchements vaginaux et par césarienne sont tous deux acceptables.

Le type d’accouchement recommandé par votre fournisseur de soins de santé sera basé sur votre situation personnelle et pas seulement sur la présence de l’infection. La plupart des accouchements chez les femmes atteintes de la COVID-19 étaient par césarienne.

Il est recommandé d’accoucher en milieu hospitalier plutôt qu’à la maison.

Cela permettra de fournir un suivi approprié à la fois pour la mère et pour le bébé. Il pourrait y avoir un risque plus élevé d’anomalies de la fréquence cardiaque chez le bébé si la mère est atteinte de la COVID-19. Une intervention rapide pourrait être nécessaire.

L’allaitement peut être envisagé.

Pour le moment, on n’a pas trouvé de virus dans le lait maternel; par contre, le nombre de cas est faible. Par conséquent, les nombreux avantages de l’allaitement maternel pourraient l’emporter sur les risques pour le nouveau-né.

Si l’allaitement maternel est choisi, des précautions devraient être prises pour prévenir la transmission au nouveau-né par le contact étroit avec la mère infectée (par exemple, une bonne hygiène des mains, le port d’un masque, bébé nourri par une personne en santé à l’aide de lait exprimé).

On peut aussi envisager des mesures pour l’établissement ou le maintien de la production de lait afin d’assurer le succès de l’allaitement une fois que la maladie est terminée.

Êtes-vous préoccupée par une possible exposition ou infection à la COVID-19 durant la grossesse?

NE vous présentez PAS à un rendez-vous prénatal de routine ni à un service d’obstétrique et de gynécologie.

Vous devriez composer le 811 pour obtenir des directives et être orientée vers une clinique de dépistage. En cas de symptômes graves, la femme enceinte doit composer le 911 et informer le répartiteur de ses antécédents de voyage ou d’exposition à une personne infectée.

Si une femme enceinte s’auto-isole en raison d’une exposition à la COVID-19 ou si elle a une infection confirmée, elle devrait téléphoner à son fournisseur de soins pour obtenir des directives.

Il n’est peut-être pas nécessaire de faire de suivis pour une grossesse normale et à faible risque tant que la période d’isolement est en cours. Des dispositions spéciales pourraient être prises si un rendez-vous est nécessaire avant la fin de l’isolement.

Une ou des échographies pour vérifier la croissance et le bien-être du fœtus pourraient être recommandées après la fin de la maladie.

Les informations dans ce domaine évoluent rapidement. Les présents conseils pourraient être mis à jour lorsque nous en saurons davantage.

Date de publication : 
le 30 Mars 2020
Santé et Mieux‑être

Renseignements généraux

Ministère de la Santé et du Mieux-être
Immeuble Shaw, 4e étage (nord)
105, rue Rochford
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-6414
Télécopieur : 902-368-4121

DeptHW@gov.pe.ca