Préparer un enfant au test de dépistage de la COVID-19

Si votre enfant a besoin de subir un test de dépistage de la COVID-19, informez-vous de la façon dont le test est effectué et aidez-le à s’y préparer.

Le test de dépistage de la COVID-19 se fait au moyen d’un long écouvillon (coton-tige). Le bout de l’écouvillon est petit – beaucoup plus petit que celui d’un coton-tige pour usage personnel (Q tips).

  • Moins de 12 ans : L’écouvillon entre dans une narine et va toucher l’arrière de la gorge. La sensation peut ressembler à celle d’une égratignure, donc il se peut que ce soit désagréable. La procédure prend moins de 10 secondes et la sensation ne dure pas.
  • 12 ans et plus : Lorsque l’enfant a des symptômes (comme une toux, de la fièvre ou un mal de gorge), la personne administrant le test utilise un long coton-tige pour faire un prélèvement à l’arrière des amygdales et dans chaque narine. Le test prend environ 10 secondes. La sensation peut ressembler à celle d’une égratignure; il est donc possible que quelques larmes montent aux yeux de l’enfant.
  • Le coton-tige sera placé dans une bouteille stérile comportant le nom, le numéro de carte-santé et la date de naissance de l’enfant et sera envoyé au laboratoire provincial.

En tant que parent ou parent-substitut, vous pouvez préparer votre enfant en lui expliquant que les personnes administrant le test porteront un masque, une blouse d’hôpital et des gants, ce qui pourrait faire un peu peur, mais que ce n’est qu’une précaution pour assurer la sécurité de tout le monde.

  • On suggère d’utiliser du langage comme suit : « Tu vas voir des personnes qui portent des blouses d’hôpital, des gants et des masques. Elles portent ces choses pour que tout le monde soit en sécurité. »
  • Soyez honnête et dites-leur des choses comme « La sensation sera peut-être un peu bizarre. », « Je sais que tu as peur. », « Que peut-on faire pour que tu aies moins peur? ».
  • Évitez de dire des choses comme « Nous allons faire cela maintenant, d’accord? » ou « Est-ce que c’est correct si on fait un prélèvement dans ton nez? ». L’enfant refusera toujours et aura moins confiance lorsque le test sera administré quand même. Ce n’est pas l’enfant qui décide si le test est fait ou pas. Il est important de bâtir sa confiance.
  • Permettez-lui de faire un choix dans la mesure du possible. Par exemple, si votre enfant est âgé de moins de 12 ans, vous pouvez lui demander : « Est-ce que tu veux que l’on insère le coton-tige dans la narine de droite ou de gauche? ». Voici d’autres suggestions : « Veux-tu t’asseoir sur tes mains ou veux-tu que je te tienne la main? », « As-tu choisi ce que tu veux comme récompense quand nous serons de retour à la maison? Nous pourrions regarder ton film préféré ou lire une histoire de plus ce soir. »

Aidez à garder l’enfant immobile pendant le test

  • Pendant le prélèvement, il se peut que vous ayez besoin de retenir les mains de l’enfant légèrement puisqu’il sera peut-être incapable de s’empêcher de tendre ses mains vers son visage.
  • Il est possible qu’on demande à l’enfant de s’asseoir sur ses mains pour l’empêcher de tirer ou d’attraper l’écouvillon.
  • Soyez honnête avec l’enfant. « La sensation sera peut-être bizarre ou désagréable, mais si tu ne bouges pas, le test sera fini plus rapidement. »
  • Faites-en un jeu : « Combien de secondes faudra-t-il pour faire le test? », « Faisons semblant que nous sommes gelés comme Elsa. »
  • Rappelez à l’enfant qu’il est important de bouger sa tête, ses bras et ses jambes le moins possible.
  • La personne administrant le test pourrait demander à votre enfant de fermer ses yeux juste avant le prélèvement pour réduire l’envie d’y résister.

Autres conseils pour les enfants et les familles concernant le dépistage de la COVID-19

  • Si plusieurs personnes au sein de votre famille ont besoin de se faire tester, décidez qui devrait le faire en premier. La première personne donnera le ton pour les autres. Si vous vous faites tester avant votre enfant, restez calme et essayez de ne pas bouger ou grimacer pendant le prélèvement.
  • Si un enfant pleure, ça ne veut pas dire qu’il ne s’est pas bien comporté pendant le test. C’est tout à fait acceptable de pleurer.
  • Ne promettez pas à votre enfant que vous irez lui acheter une surprise ou un jouet après le test. Toute personne qui se fait tester doit rester à la maison et s’isoler – vous ne devez PAS vous arrêter au restaurant ou au magasin sur le chemin du retour.

Les vidéos sur le dépistage à l’auto et les cliniques toux et fièvre peuvent vous aider à vous préparer.

D’autre information utile pour les parents :

Autres façons d’aider votre enfant :

Soyez rassurant

En tant que parent, il est normal que vous soyez anxieux. Toutefois, n’oubliez pas que votre enfant peut ressentir votre anxiété. Rassurez votre enfant en lui expliquant que des médecins, des infirmières et des scientifiques partout dans le monde travaillent aussi fort qu’ils le peuvent pour nous garder en santé et en sécurité.

Dites aussi à votre enfant que vous le protégerez et que vous ne laisserez rien lui arriver.

Faites participer votre enfant à la conversation. Donnez-lui des choix qui lui sont appropriés.

C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant et son tempérament! Écoutez-le et parlez-lui dans un langage approprié. Aidez votre enfant à comprendre et donnez-lui l’occasion de parler de ce qu’il ressent et pense.

Aidez votre enfant à faire la distinction entre réalité et fiction

Déterminez ce que votre enfant sait déjà et ce qu’il comprend. Corrigez toute idée fausse qu’il pourrait avoir. Soyez honnête, mais positif – dites-lui que la sensation du prélèvement sera désagréable ou bizarre, mais que s’il ne bouge pas, elle ne durera pas longtemps.

Aidez votre enfant à se sentir un peu en contrôle

Un enfant a besoin de se sentir en contrôle et de se sentir capable de se protéger. Aidez votre enfant à suivre les instructions qui le garderont en santé et en sécurité.

L’enfant peut choisir la narine dans laquelle se fera le prélèvement lors du test. Il est préférable qu’il reste dans son siège d’auto, mais il peut tenir votre main ou câliner un objet qu’il aime.

*Même si l’enfant pleure, vous devriez le féliciter d’avoir fait le test : « Merci de ne pas avoir bougé, je sais que ce n’était pas facile, tu as été vraiment brave ». Ce type de parole l’aidera à se sentir mieux et plus en contrôle.

Faites attention aux médias sociaux, à la télévision, etc.

Faites attention à ce que votre enfant entend et regarde puisque le contenu auquel il est exposé pourrait augmenter son anxiété et influer sur la façon dont il se comportera lors du test de dépistage.

Soyez créatif et reconnaissant

Tout le monde doit s’adapter à la nouvelle normalité!

Prenez le temps de prendre soin de vous-même et de mettre de côté les écrans.

Félicitez votre enfant et offrez des récompenses qui ne nécessitent pas que vous quittiez la maison (par exemple, l’enfant choisit le repas, plus de temps pour jouer dans le bain, une soirée cinéma en famille, regarder les étoiles, etc.).

 (Adaptation d’information provenant de la Société canadienne de pédiatrie - https://www.cps.ca/fr/blog-blogue/comment-parler-aux-enfants-de-la-covid-19-soyez-rassurant-mais-realiste)

 

Date de publication : 
le 26 Octobre 2020
Santé et Mieux‑être

Renseignements généraux

Ministère de la Santé et du Mieux-être
Immeuble Shaw, 4e étage (nord)
105, rue Rochford
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-6414
Télécopieur : 902-368-4121

DeptHW@gov.pe.ca