26
avr
2022

Don d’organes : Donner – et recevoir – la vie

Crystal Ogden donated part of her liver to her daughter Cadence, giving her a second chance at life.

La plupart des parents ne donnent la vie à leur enfant qu’une seule fois.

Mais pas Crystal Ogden.

« Les gens me disent que je lui ai donné la vie deux fois. »

En 2013, Mme Ogden a fait don d’une partie de son foie à sa fille Cadence, qui n’avait que cinq ans lorsqu’elle a appris qu’elle avait besoin d’une greffe de foie.

À l’âge de deux ans, Cadence a reçu un diagnostic de déficit en alpha-1-antitrypsine, une maladie génétique qui peut affecter le foie et les poumons d’une personne.

« Son foie ressemblait essentiellement à celui d’une personne de 40 ans atteinte de cirrhose », dit Mme Ogden.

De deux à cinq ans, la maladie de Cadence a progressivement empiré. Les déplacements vers les hôpitaux HQE et IWK pour y subir des tests et des traitements sont devenus de plus en plus fréquents.

« Nous savions à ce moment-là que c’était sérieux. »

En juillet 2013, les médecins ont envoyé Mme Ogden, son mari et sa fille à Toronto pour rencontrer une équipe de transplantation et déterminer si Cadence était admissible à la chirurgie pouvant lui sauver la vie.

« En deux jours, ils nous ont appelés et nous ont dit qu’elle était sur la liste d’attente. »

C’est alors que les médecins ont posé à Mme Ogden et à son mari la question qui allait changer la vie de la famille.

« Ils ont dit : “Avez-vous déjà envisagé d’être des donneurs vivants?” »

Ce fut une révélation, dit Mme Ogden, car elle et son mari vivaient encore « dans le déni » concernant la gravité de la maladie de Cadence et n’avaient pas pensé à faire tester leur propre compatibilité en tant que donneurs de foie.

Le 20 septembre, après une semaine de tests et de scanographies, Mme Ogden a été approuvée comme donneuse compatible. Et le 23 septembre 2013, Cadence a reçu 35 % du foie de sa mère.

Aujourd’hui, Cadence une jeune fille de 14 ans heureuse et en santé.

« Il s’agit de la meilleure décision que j’aie prise, a dit Mme Ogden. Je ne la changerais pour rien au monde. »

Comme dans le cas de Mme Ogden, le don d’organes et de tissus n’est pas un sujet auquel beaucoup d’Insulaires pensent – jusqu’à ce qu’ils soient confrontés à une décision qui bouleverse leur vie, comme celle que Mme Ogden et son mari ont dû prendre.

Mais ce n’était pas le cas pour Martha Carmichael.

« Nous avons toujours parlé de l’importance du don d’organes – ma sœur, moi et ma famille. »

Elle était comme « la police du don d’organe », dit Mme Carmichael à propos de sa sœur Hannah – sa seule sœur.

« Au secondaire, quand tout le monde passait son permis de conduire, elle faisait le tour de ses amis et leur demandait s’ils avaient coché la partie “donneur d’organes” de leur carte et leur parlait de l’importance de cette démarche. »

Voilà pourquoi, dit Mme Carmichael, c’était facile pour sa famille de prendre la décision de donner les organes d’Hannah, après son décès en raison de complications liées à la maladie de Crohn en 2011.
 

Picture of Carmichael family

« Nous étions les quatre dans la salle », raconte Mme Carmichael au sujet du moment à l’hôpital où les médecins ont demandé si la famille avait envisagé le don d’organes.

« Puis, il y a eu une pause de deux secondes, et les quatre voix ont répondu “oui” ».

Mme Carmichael, qui est une médecin exerçant à Summerside, a dit qu’il a été facile de prendre cette décision parce que la famille avait eu ces conversations de nombreuses fois, pendant de nombreuses années. Et ils savaient que c’est ce que Hannah aurait voulu.

« Ses poumons ont été donnés à une personne, son rein à quelqu’un d’autre, son deuxième rein et son pancréas à une autre personne et son foie a été donné à une petite fille qui avait déjà eu une transplantation ayant échoué. »

C’était la seule lueur d’espoir sur « un nuage vraiment, vraiment sombre », raconte-t-elle.

« Penser que lors de votre pire journée, d’autres personnes reçoivent le coup de fil qui va changer leur vie. »

Mme Ogden et Mme Carmichael veulent toutes deux que les Insulaires sachent combien il est important d’envisager le don d’organes et de tissus et de communiquer leur choix personnel à leurs proches.

« S’ils lisent un article ou entendent une histoire positive de don d’organes, ils feront peut-être un choix différent », affirme Mme Carmichael.

« Le choix de cocher la case. »
 

Si vous avez des questions ou que vous aimeriez en savoir plus sur le don d’organes et de tissus, allez à: makeitzero.ca
Pour plus d’histoires d’Insulaires sur leurs expériences relativement au don d’organes et de tissus, visitez: makeitzero.ca/stories

 

Renseignements généraux

Santé Î.-P.-É​.
16, rue Garfield
C.P. 2000
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-6130
Télécopieur : 902-368-6136

healthpei@gov.pe.ca

Vie privée et santé

Information aux médias
Téléphone : 902-368-6135

Conseil d’administration de Santé Î.-P.-É.

En cas d’urgence médicale, appelez au 911 ou rendez-vous aux urgences.

Si vous avez besoin d’aide ou d’information en matière de santé, appelez au 811.

811 logo