Vaccin conjugué méningococcique de groupe C

Qu’est-ce que la méningococcie et quelles sont les complications liées à cette maladie?

La méningococcie invasive est une infection grave causée par une bactérie appelée Neisseria meningitidis. Cette bactérie comporte différents groupes qui peuvent causer la maladie, et chaque type est identifié par une lettre (par exemple, le groupe C). Elle peut envahir le corps et causer une infection des membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière (méningite), du sang (bactériémie ou septicémie), de l’enveloppe du cœur (péricardite), des articulations (arthrite septique) ou des poumons(pneumonie).

La maladie la plus fréquente causée par cette bactérie est la méningite. Depuis 1989, il y a eu des éclosions de méningite à méningocoques dans plusieurs provinces canadiennes. Le méningocoque de groupe C a été responsable de l’éclosion de méningite bactérienne qui s’est produite à l’Î.-P.-É. de 1990 à 1992 et qui a provoqué trois décès chez de jeunes adultes. Les survivants peuvent souffrir de surdité, de lésions cérébrales, de crises ou de troubles neurologiques. De plus, certains doivent se faire amputer des doigts ou des membres.

Depuis 2001, la propagation du méningocoque de groupe C a diminué grâce à l’intégration du vaccin dans les programmes d’immunisation. 

Que contient le vaccin conjugué méningococcique de groupe C?

Il s’agit d’un vaccin mort contenant des portions de la bactérie N. meningitidis du sérogroupe C, conjuguées à une bactérie porteuse qui stimule le corps à faire des anticorps pour combattre la souche méningococcique C. Cela a pour effet de protéger la personne vaccinée.

De plus, le vaccin contient des ingrédients médicaux qui assurent la stabilité et la stérilité du vaccin et qui stimulent le corps à produire des anticorps plus efficacement. Le vaccin ne contient pas d’agent de conservation ni de mercure.

Tous les produits contenus dans le vaccin ont obtenu une licence d’utilisation au Canada auprès de la Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques de Santé Canada. On peut se procurer la liste intégrale des éléments contenus dans le vaccin auprès de l’infirmière qui a donné le vaccin.

Quelles sont les réactions possibles au vaccin?

L’effet secondaire le plus grave du vaccin, qui est toutefois rare, est une réaction allergique sévère (anaphylaxie), qui peut entraîner la mort et qui survient habituellement de 15 à 20 minutes après la vaccination. Des mesures sont en place afin que l’infirmière réagisse rapidement à tout cas d’anaphylaxie en administrant une dose d’adrénaline.

Les effets secondaires les plus communs après avoir reçu le vaccin sont la sensibilité au toucher, la rougeur et l’enflure à l’endroit où le vaccin a été administré. On a également reporté des maux de tête, une modification de l’appétit, l’irritabilité, une fièvre légère et la diarrhée. De façon générale, ces symptômes s’estompent après une journée ou deux.

Il n’est pas nécessaire de donner de l’acétaminophène après la vaccination. Cependant, si la personne vaccinée ressent des malaises ou fait de la fièvre après avoir reçu le vaccin, l’acétaminophène peut soulager ces symptômes.

Après la vaccination, demeurez dans la salle d’attente durant 15 minutes. Consultez un médecin si vous ressentez des effets secondaires graves. Si vous avez une réaction grave, signalez-le à l’infirmière qui vous a donné le vaccin.

Dans quelles situations devrait-on s’abstenir d’administrer le vaccin conjugué de groupe C?

On ne devrait pas administrer le vaccin aux personnes qui ont fait une réaction anaphylactique (grave ou mettant la vie en danger) à un produit se trouvant dans ce vaccin.

On devrait attendre avant d’administrer le vaccin aux personnes qui sont très malades, surtout si elles font de la fièvre. Par contre, s’il n’y a pas présence de fièvre, le vaccin peut être administré à quelqu’un qui a un rhume, une infection thoracique ou une infection d’oreille.

Quels sont les risques de ne pas recevoir le vaccin?

Le risque de contracter une méningococcie varie beaucoup d’une année à l’autre, et une éclosion peut se manifester sans avertissement. Depuis qu’on a commencé l’immunisation systématique des enfants contre cette bactérie, le taux d’incidence de la méningococcie de groupe C a baissé de façon significative. Il y a un plus grand nombre de cas dans les régions où une éclosion se manifeste. Environ 10 % des personnes qui contractent une méningococcie en mourront. De plus, jusqu’à un tiers des survivants auront des effets à long terme (perte auditive, amputation de doigts ou d’autres membres, lésions cérébrales et troubles neurologiques). On rapporte que ce vaccin procure une protection par les anticorps contre la méningite à méningocoques C chez plus de 98 % des adolescents qui l’ont reçu. 

Date de publication : 
le 3 Novembre 2015
Santé et Mieux‑être

Renseignements généraux

Ministère de la Santé et du Mieux-être
Immeuble Shaw, 4e étage (nord)
105, rue Rochford
Charlottetown (Î.-P.-É.) C1A 7N8

Téléphone : 902-368-6414
Télécopieur : 902-368-4121

DeptHW@gov.pe.ca